1 mai 2014

Cette Europe est un archaïsme, elle n'a pas d'âme, pas de projet culturel commun



Aujourd'hui, en raison de l'interdépendance universelle,
c'est une question de vie ou de mort: société ouverte, à l'échelle
mondiale, ou bien sociétés fermées, équilibres de la terreur,
négation de l'autre et possibilité permanente d'un suicide
planétaire. Convaincre, ou vaincre dans une arène sans survivants?
Ce n'est pas seulement l'Union soviétique, c'est le monde
entier qui a besoin d'une perestroïka, d'une remise en question
des fins, d'une « renaissance ».
En Europe, je n'ai pas seulement fréquenté les dirigeants des
pays de l'Est. J'ai aussi entendu les craintes que me confiaient
les écrivains catholiques de Cracovie, et celles de mon ami le
philosophe Adam Schaff, membre du comité central et de
l'Académie polonaise; il me faisait écouter les chansons rebelles
d'Okout Javah sorties clandestinement d'Union soviétique.
Les angoisses des plus lucides, en Tchécoslovaquie, à la veille
de 68: de l'économiste Ota Sik au pasteur Hromadka.
Dans l'autre Europe, être dirigeant du Parti communiste
français m'a permis de voir les problèmes d'en bas, au niveau
des syndicats et des grèves, d'en haut, au Parlement, et du
dehors avec les dirigeants communistes européens d'Angleterre,
de Belgique, d'Italie, d'Espagne. J'ai vécu, dans le
dialogue, les grands courants de la pensée chrétienne, de
Moltmann et d'Hans Kûng en Allemagne, de l’Evêque Robinson
en Angleterre, des théologiens de Razony Je et des Cuadernos
para1 el dialogo du père Cafarena, du père Gonzales Ruiz et de
toute l'opposition chrétienne à Franco.
J’ai ramé longtemps pour modifier l'orientation et la ligne de
mon parti, mais l'intégration à l'idéologie occidentale de la
croissance a empêché les dirigeants communistes d'offrir une
alternative à la décadence européenne.
Cette décadence va s'accélérer à partir de l'Europe de 93 :
entre des pays qui ne sont pas complémentaires, mais concurrents,
toutes les contradictions seront déchaînées.
Cette Europe infirme, mutilée de son Orient («jusqu'à
l'Oural »), perpétuerait un dualisme d'affrontement. L'axe du
monde est en train de se déplacer. La politique de l'Europe ne
peut plus être définie — comme elle l'est depuis un demi-siècle
— par rapport à deux pôles : États-Unis, Union soviétique. Ni
par la prétention d'en former seule un troisième.
Cette Europe est un archaïsme avant de naître, ou plutôt
d'avorter.
Elle n'a pas une âme, un projet culturel commun.
Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la France,
l'Allemagne et l'Italie étaient dirigées par des démocrates
chrétiens : Robert Schuman, Adenauer, de Gasperi. Leur rêve
de Communauté européenne était la restauration d'une nouvelle
chrétienté. Quelle idéologie de rechange peut aujourd'hui
animer pareille espérance ?
L'avenir des pays d'Europe n'est ni atlantique, ni soviétique,
ni européen, mais méditerranéen, et, à travers le sud de la
Méditerranée, africain et asiatique.
A condition d'exorciser les vieux démons de domination
militaire ou économique, les pratiques de trafiquants d'armes et
d'usuriers, et de penser en termes de complémentarité.
Une occasion historique a été perdue, en 1955, lorsqu'à
Bandoeng a tenté de se constituer, sur trois continents, une
fédération des « non-alignés ».
Les pays d'Europe n'ont pas vu qu'ils pouvaient apporter
leur contribution à cette espérance réelle d'autonomie. Ne
portant pas un regard neuf au-delà de leur petite péninsule de
l'Asie, ils ont laissé s'effriter le monde nouveau dans le champ
d'attraction des deux puissances du jour. Eux-mêmes y ont été
entraînés.
Depuis lors, ces sociétés closes n'ont vécu que de peurs et de
promesses : peur de « l'Empire du mal » ou de celui du dollar,
promesses de « sécurité du monde libre » appuyées sur toutes
les tyrannies, des dictatures militaires de l'Amérique latine à
celles de l'Asie ou de l'Afrique.
Après les dévastations du déluge, sur quel horizon peut
s'élever l'arc-en-ciel ?
La faillite historique de l'Occident est une faillite de sa
culture, c'est-à-dire de sa manière de concevoir et de vivre ses
rapports avec la nature, les autres hommes, et le divin.
Notre civilisation occidentale, depuis cinq siècles, n'établit
entre l'homme et la nature que des rapports de propriété
permettant d'en user et d'en abuser jusqu'à la détruire.
Elle n'établit entre l'homme et l'homme que des rapports de
maître à esclave, fût-ce par les lois occultes de l'argent, ou les
prétentions archaïques de nations dans le cadre desquelles
aucune solution n'est possible.
Elle n'établit entre l'homme et Dieu que des rapports
d'indifférence, jusqu'à nier l'existence de valeurs absolues et à
rendre le monde à la silve et à la jungle des appétits affrontés.

Roger Garaudy, Mon tour du siècle en solitaire, 1989, Robert Laffont éditeur
pages 419 à 421

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy