11 décembre 2017

"Affaire des Mythes" (suite): le communiqué de l'Abbé Pierre du 30 avril 1996

Communiqué où l'on voit que l'Abbé, dont on dit alors qu'il "désapprouve" son ami Garaudy, lui renouvelle en réalité sa confiance !


[La Croix du 2 mai 1996]

7 décembre 2017

La mémoire violée ?

[Après la lettre de Jean Ziegler , en défense de Roger Garaudy dans "l'affaire des Mythes" nous publions aujourd'hui l'article - sommaire et pauvre en argumentation - de l' Humanité qui avait été publié deux mois auparavant. L'auteur n'a vraisemblablement fait que survoler le livre incriminé, ce qui se remarque notamment à la partie où il évoque l'holocauste dans un sens qui n'est pas du tout celui de Garaudy.
Nous publierons dans les jours qui viennent plusieurs textes ou articles qui firent dates à l'époque de la parution puis du procès des "Mythes fondateurs de la politique israélienne". ]

Révisionnisme
La mémoire violée

Si la loi Gayssot (qui sanctionne les propos racistes,
antisémites et révisionnistes) avait encore besoin
de démontrer son utilité, un récent écrit de Roger
Garaudy, dont fait état « le Canard enchaîné » et qui est
diffusé sous le manteau par l'obscure revue « la Vieille
Taupe » en apporte une terrible justification. L'auteur s'en
prend d'ailleurs à « la monstruosité de la loi Gayssot ».
Cette loi, qui porte le nom du député communiste, oblige
« la Vieille Taupe » à demeurer dans l'ombre.
Garaudy parle de « mythe du procès de Nuremberg »
allant jusqu'à soutenir : « Ce n'est pas un tribunal
international puisqu'il n'est constitué que par les
vainqueurs » ( !) Eût-il fallu y adjoindre quelques juges
nazis ?
L'auteur ose parler de « mythe de l'Holocauste ». Il
reprend les thèses des révisionnistes qui nient jusqu'à
l'existence des chambres à gaz. Parie de répression à
propos de Faurisson, dont la thèse universitaire visait à
tenir pour affabulations les exterminations nazies. Ecrit à
propos du film témoignage de Claude Lanzmann :
« Shoah-business ». Accuse de faux le témoignage d'Elie
Wiesel, survivant d'Auschwitz, sur les corps d'enfants
jetés et brûlés dans les fosses.
Dans « l'Humanité », Elie Wiesel déclarait il y a tout juste
un an : « Jamais dans l'histoire, il y a eu ce besoin
irrésistible de se souvenir, de tirer les leçons. (...) La seule
vengeance, la seule rétribution, c'est la mémoire. » C'est
cette mémoire-là que les révisionnistes voudraient tuer.
Mais combien est-il douloureux d'avoir à dire d'un
homme, dont l'humanisme a marqué une époque et qui
sut faire preuve de courage, qu'il participe aujourd'hui à
une insupportable entreprise. Avec ceux qui veulent
violer la mémoire.  

Jean-Paul Piérot

L’Humanité du 26-01-1996

3 décembre 2017

Au revoir Luc

UN MOT DE JACOB MAHI pour LUC COLLES
En Son nom l'Exalté, le Coran dit : "Nous appartenons Dieu et vers Lui se fera notre retour". Le Prophète Mohamed sur lui et sa sainte famille la paix dit : "Entretenez le rappel de celui qui détruit les passions, et divise les assemblées, la mort". Le Maitre l'Imam Sadek Charaf, sainteté sur son âme disait : "Le linceul n'a pas de poche". Ainsi tout est relatif dans la vie de l'humain, et sa seule vérité est sa finitude. Que la paix de Dieu et Sa grâce soient sur l'âme du Pr Luc Collès, Amen. A contre-nuit, comme l'était le Maitre Roger Garaudy, paix sur son âme, qui disait souvent : "Dire Dieu c'est dire que la vie a un sens", de la même manière le Pr Luc Collès avait une profonde humanité que j'ai découvert à travers ses écrits. Un grand homme d'espérance s'en est allé auprès de Dieu, l'Exalté. J'adresse à sa famille, ses proches, ses amis et tous, mes sincères condoléances. Un frère de pensée, de lutte et de dialogue, il était un homme de foi, un être de Dieu.
Fraternellement, paix sur son âme.

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy