13 novembre 2016

Exposition "Autour du poème Liberté, Paul Eluard et Fernand Léger en dialogue" à Saint-Denis

 Du vendredi 18 novembre 2016 au lundi 27 février 2017
Saint-Denis. Musée d’art et d’histoire. 22 bis rue Gabriel Péri  


Créateur éminent de la modernité, Paul Eluard (1895-1952), tout comme Fernand Léger (1881-1955) a développé, dans la première moitié du XXe siècle, une pratique ouverte et pluridisciplinaire qui l’a régulièrement conduit à aborder d’autres arts. Avec l’exposition Autour du poème Liberté, Paul Eluard et Fernand Léger en dialogue, le musée d’art et d’histoire de Saint-Denis poursuit l’exploration des amitiés fructueuses que le poète a entretenues avec ses contemporains, et en particulier avec son ami, le peintre Fernand Léger.
Fernand Léger

L’œuvre poétique et littéraire de Paul Eluard s’est construite en osmose avec les avant-gardes littéraires et artistiques. Acteur du mouvement Dada puis du Surréalisme, Eluard avait une connaissance intime de la création de son temps. Ses très nombreux textes sur l’art témoignent de cette passion qui a été largement nourrie par des amitiés durables avec des créateurs. Très lié à Picasso, Eluard a aussi défendu les œuvres de bien d’autres artistes.
Dans le cercle des amis d’Eluard, Fernand Léger avait sa place. Les deux artistes sont des acteurs importants des avant-gardes parisiennes et se connaissent depuis les années vingt. À partir des années trente, leur amitié se renforce comme en témoignent deux tableaux de Fernand Léger : le Paysage polychrome de 1937 qui a fait partie de la collection personnelle du poète et L’Araignée bleue. Ce tableau de 1938 comprend des vers d’Eluard inscrits de la main même du poète.
F.Léger. L'Araignée bleue. poème de P. Eluard
Les tourments de la Seconde Guerre mondiale les séparent. Léger, exilé aux États-Unis à partir de 1940, s’éloigne de ses amis restés en France.
Eluard est mobilisé de 1939 à 1940. Revenu à Paris, il participe à la vie littéraire et se rapproche des cercles résistants. C’est en 1942 que paraît Liberté, poème devenu l’un des emblèmes de la Résistance. Eluard publie sous son nom jusqu’au moment où il est contraint d’entrer dans la clandestinité.
Liberté dit par Gérard Philippe

L’après-guerre est le temps d’un rapprochement, nourri par leur engagement commun aux côtés du Parti communiste et du Mouvement international pour la Paix.
Eluard et Garaudy en 1949 au Mexique lors d'un Congrès pour la Paix


 En 1951, Fernand Léger montre, pour la première fois, sa série des Constructeurs à la Maison de la Pensée Française, à Paris. Pour le catalogue, Eluard écrit un poème, inspiré par cette nouvelle série de Léger.
L’épilogue de cette amitié s'écrit en 1953, un an après la mort prématurée du poète, lorsque l’éditeur Pierre Seghers sollicite Fernand Léger pour réaliser une édition limitée de Liberté, le plus célèbre poème de Paul Eluard.

Un bel autoportrait, provenant d’une collection privée, présente l’artiste Fernand Léger, face au portrait du poète en ouverture de l’exposition ainsi qu’une vidéo contemporaine créée par l’artiste espagnol José Montalvo en 2014. Inspirée par le poème Liberté de Paul Eluard, cette chorégraphie participative a été créée sur le Parvis des Droits de l’Homme à Paris et reprise dans de nombreux pays. Cette œuvre rappelle la valeur universelle et la puissance du poème écrit par Paul Eluard en 1942.
L’exposition revient sur la genèse et la diffusion fulgurante du poème Liberté pendant la Seconde Guerre mondiale. Grâce au don de Paul Eluard au musée d’art et d’histoire de Saint-Denis et au prêt du musée de la Résistance nationale de Champigny-sur-Marne, deux manuscrits autographes du poème sont présentés au public. Elle s’attache ensuite à l’ouvrage Liberté, illustré par Fernand Léger et édité en 1953 par Pierre Seghers.

Liberté. Edition de 1953
Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy