11 mai 2016

Apostrophe aux élus socialistes

A vous, élu(e)s du Parti Faux cialistes

Merci à ce gouvernement, et aux député(e)s « godillots » qui l’ont soutenu, d’avoir mené depuis 2012, une politique sociale et économique libérale, avec à son comble aujourd’hui le 49.3 pour imposer son impopulaire « Loi Arbeit »

Merci à vous de nous préparer à travailler plus longtemps après 2017 — fin des 35 h, retraite à 65 ans, …— car l’an prochain vous disparaîtrez du champ de la représentation politique, balayé(e)s par une abstention massive, et un boulevard offert à la droite extrême.

Merci d’avoir gouverné en autistes, en oubliant la majorité de celles et ceux qui vous avaient donné leur suffrage, et de les avoir dégouté un peu plus de la politique, alors qu’il y a quelques courtes années encore, vous aviez tous les leviers du pouvoir - gouvernement, assemblée nationale, sénat, régions - pour faire ce que vous aurez contribué à faire disparaître : une véritable politique de gauche visant l’intérêt général et pas celui du Medef, de l’Europe libérale et des multinationales.

Merci pour la génération de mon fils — 17 ans 1/2 — devant laquelle vous aurez fait la démonstration qu’il n’y a plus grand chose à attendre d’une démocratie dite « représentative », dont les élu(e)s semblent plus attaché(e)s à la défense de leurs prérogatives qu’à celle de leurs mandants.

Il y a trente-cinq ans, la gauche ouvrait grand une porte vers l’espoir … j’y ai même cru longtemps, trop longtemps. Vous venez de claquez cette porte, et nous jetez dans le noir. 
Nous n’oublions pas votre mépris, vos renoncements, votre hypocrisie
Nous hanterons vos NUITS sur les places du pays
DEBOUTS encore …

Un de vos ex-électeurs écoeuré
J.C
Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy