15 juillet 2015

A bon entendeur...!





Par Camille Loty Malebranche

L’audace imprime à la fermeté inhérente au courage, le risque pensé de l’avancée conquérante. Le courage résiste et fait figure d’exaltation existentielle de la dignité, l’audace, elle, fonce et perce en brisant les freins qui limitent indignement l’empan de la grandeur humaine. Le courage est marque de la force du caractère dont l’audace est la finesse accomplie. L’audacieux manifeste l’élan de la conquête là où le courageux incarne la résistance. L’audace est la vertu du fonceur qui atteint ses fins par le courage et le dépassement. Le courage est la détermination de vivre digne de soi en disant non à tout ce qui ravale, fût-il payant et l’audace, la volonté forte qui affirme un destin choisi qu’elle entreprend de conquérir en se créant des voies inattendues à travers murailles et herses. L’audace ajoutée au courage transforme l’homme en visionnaire actif réalisant sa vision. Les deux sont l’étoffe rare du grand homme qui marque le temps et l’espace de leur empreinte. Courage et Audace sont des fleuves caractériels qui arrosent le jardin de la vie contre les déserts des adversités qui dessèchent le mental des foules.

Courage et Audace sont toutefois à régir par l’esprit et sa morale car ces attributs sont à l’origine des bons génies comme des monstres, et, seule la conscience du visionnaire accompli qui règle ses buts par la justice et le bien fait le départ entre le héros modèle et le tyran destructeur tous deux à la fois courageux et audacieux…

Le visionnaire lucide et juste est quant à lui, un discernant intraitable de la fin humaine et morale non négociables de ses fins. Nul visionnaire n’est vrai ni accompli s’il ne discerne dans ce qu’il cultive pour la conquête dans sa vision, l’essentiel à ne jamais subvertir ou subordonner à des accessoires. L’essentiel est le primat de l’humain et tout objet de conquête. La justesse et le bien d’un but légitime doivent toujours primer les besoins de l’ego et les ronflements de l’orgueil personnel qui sacrifie autrui. Pour le visionnaire accompli, Dieu doit primer l’homme, l’esprit doit dominer la chair et le bien doit toujours prévaloir sur l’ostentation. Le visionnaire lucide agissant, en ajoutant sa téléologie de lumière au courage et à l’audace, confine à l’héroïsme humain plénier.

http://intellection.over-blog.com/
Le blog Intellection pour comprendre la crise du sens dans la civilisation. L’homme est une somme de Violence Vitale et de Révolte Vivifiante contre la létalité des néants envahissants du monde. Affirme-toi selon l'Esprit, investis-toi dans l'Être pour triompher des jugements aliénants de la corruption générale d'une société vulgairement matérialiste.
Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy