14 mars 2015

2015, 70e anniversaire de la libération des camps nazis





Ce chant a été écrit dans un des premiers camps de concentration situés en Allemagne.
Intitulé « Das Lied der Moorsoldaten » (traduit en français sous le titre de « chant des Marais »), il
traduit la plainte des antifascistes et des juifs, premiers internés dans ces camps.
Pendant longtemps les auteurs de ce chant nous furent inconnus, mais dans un bulletin d’avril
1977, l’Amicale de Mauthausen indique que ce chant est né au camp de Bögermoor en juillet-août1933. Le texte primitif fut écrit par Johann Esser, il fut ensuite remanié par Wolfgang Lanhoff ; ce
poème avait alors pour nom « Bögermoorlied ». C’est un autre détenu, Rudi Goguel qui en composa
la musique.
Par la suite des détenus d’autres nationalités l’adoptèrent, c’est alors qu’il connut des
variantes dans les paroles et les adaptations musicales.
Bögermoor en 1934 d'après un dessin de Jean Kralik

(Version éditée en 1946)                                                  (Version actuelle)
Loin vers l’infini s’étendent                                                Loin dans l’infini s’étendent
Des grands prés marécageux                                           Les grands prés marécageux
Pas un seul oiseau ne chante                                           Pas un seul oiseau ne chante
Dans les arbres secs et creux.                                          Dans les arbres secs et creux.
Oh ! terre de détresse                                                      Oh ! terre de détresse
Où nous devons sans cesse                                             Où nous devons sans cesse
Piocher !                                                                           Piocher. Piocher.

Dans ce camp sinistre et sauvage,                                   Dans ce camp morne et sauvage
Entouré de murs de fer                                                    Entouré de murs de fer
Il nous semble vivre en cage                                             Il nous semble vivre en cage
Au milieu d’un grand désert.                                             Au milieu d’un grand désert.
Oh ! terre de détresse                                                      Oh ! terre de détresse
Où nous devons sans cesse                                            Où nous devons sans cesse
Piocher !                                                                           Piocher. Piocher.

Bruits des pas et bruit des armes                                    Bruit de chaînes, bruit des armes
Sentinelles jour et nuit                                                     Sentinelles jour et nuit
Et du sang, des cris, des larmes,                                    Et quitter peur, et larmes
La mort pour celui qui fuit.                                               La mort pour celui qui fuit.
Oh ! terre de détresse                                                      Oh ! terre de détresse
Où nous devons sans cesse                                           Où nous devons sans cesse
Piocher !                                                                          Piocher. Piocher.

Mais un jour de notre vie                                                 Mais un jour dans notre vie
Le printemps refleurira                                                    Le printemps refleurira
Liberté, liberté chérie,                                                     Libre alors dans ma patrie
Je dirai : tu es à moi.                                                      Je dirai tu es à moi.
Oh ! terre enfin libre,                                                      Oh ! terre d'allégresse
Où nous pourrons revivre,                                               Où nous pourrons sans cesse (bis)
Aimer !                                                                            Aimer - Aimer.

A signaler parmi les initiatives pour ce 70e anniversaire 
celle-ci qui implique directement des enfants dans un projet associant lecture, musique et chant:
Lecture-concert de Billom (Puy-de-Dôme) le 20 mars

(cliquer sur le lien pour plus de détails)
Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy