19 septembre 2014

Marx dogmatique= Marx trahi



KARL MARX a fait au milieu du 19ème siècle, à partir
de l'exemple du capitalisme anglais, c'est-à-dire du
capitalisme le plus développé de son temps, une
analyse de ce capitalisme qui reste fondamentalement
valable.
En particulier, en ce qui concerne la théorie de la
croissance, le rapport algébrique qu'il a établi
dans le développement du capitalisme anglais du 19ème
siècle, entre la production des moyens de production
et celle des produits de consommation, pour assurer
une croissance optimale demeure après un siècle,
comme le reconnaît le prix Nobel, Samuelson, dans
son traité d'économie politique, la seule loi valable
après un siècle.
Mais ceux qui se disent les disciples de MARX, notamment
les dirigeants soviétiques, et ceux des partis communistes
qui les ont suivi, ont radicalement transformé la théorie
de MARX.
MARX avait fait une remarquable théorie descriptive du
développement du capitalisme anglais du milieu du 19è
siècle. Ces faux disciples annonçaient "une loi normative
du développement du socialisme à la fin du 20è siècle.
C'est l'erreur théorique fondamentale qui a eu
pour conséquences d'intégrer le système soviétique
au modèle capitaliste de croissance, c'est-à-dire,
d’empêcher de considérer l'Union Soviétique comme un
pays socialiste et d'engager les partis communistes
soviétisants dans la voie du productivisme aveugle
caractéristique de l'économie capitaliste. D'un socialisme,
que MARX ne définissait pas seulement par ses moyens,
la socialisation des moyens de productions mais
qu'il définissait par ses fins en disant:
"Est socialiste un régime qui crée toutes les
conditions économiques, politiques et culturelles
pour que chaque enfant qui porte en lui le génie de
Raphaël ou de Mozart puisse devenir RAPHAËL ou MOZART".
A l'inverse le modèle occidental de croissance consiste
à produire de plus en p]us, et de plus en plus vite
n'importe quoi, utile, inutile , nuisible, voire
mortel comme l'armement.
La leçon de cette erreur fondamentale n'a pas été
tirée par la plupart des partis communistes.
Etre marxiste, ce n'est pas répéter dans des
conditions historiques radicalement différentes ce
que MARX disait admirablement au milieu du 19è siècle.
Etre marxiste, c'est nous comporter dans notre analyse
et notre action à l'égard du monde d'aujourd'hui avec
la même lucidité que MARX à l'égard du sien.
Le marxisme, c'est essentiellement une méthodologie
de l'initiative historique permettant de découvrir
à partir de l'analyse des contradictions spécifiques
d'une époque et d'un pays le projet capable de surmonter
ces contradictions.
MARX était tout le contraire d'un dogmatique. Au moment
même, où dans Le capital, il élaborait les notions
clés de sa doctrine, la théorie de la valeur et de la
plus-value, au même moment […] il définissait les
caractères de l'époque historique où ces lois
cesseraient d'être valables.
Ceci est vrai de sa philosophie comme de sa théorie
économique.
Par exemple: il considérait la religion comme opium
du peuple dans une Europe dominée par l'esprit de
la Sainte Alliance. Il n'avait pas la prétention
d'extrapoler à tous les temps et à toutes les époques
où dans des conditions historiques déterminées, la
religion peut devenir non pas un opium mais un levain.

Mais l'exemple d'humilité scientifique donné par MARX
n'a pas été suivi par ses disciples.
En les lisant et surtout en jugeant leurs actions,
MARX répéterait sans doute ce qu'il disait de ceux
de ces "épigones" qui définissaient sa doctrine comme
un déterminisme économique :
"Si c'est cela le marxisme, moi, MARX, je ne suis pas marxiste ."

Roger Garaudy

NDLR : Texte dactylographié. Non daté. Une phrase manque [entre crochets]

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy