14 mars 2014

Roger Garaudy répond à Jean-Paul II (avril 1995): Comment peut-on prétendre apporter "l'Evangile de vie", en ignorant...les réalités concrètes de la vie ?



Encyclique "Evangelium Vitae"

ROGER GARAUDY REPOND A JEAN PAUL II


Le ralliement de l'Eglise romaine à la République n'aura
duré qu'un siècle.
Le 18 octobre 1890, le cardinal Lavigerie écrivait
au Ministère français de l'Intérieur, que le Saint-Siège
reconnaissait " la nécessité d'une adhésion explicite de
l'épiscopat français à la forme républicaine." Ce ralliement
divisait les catholiques français dont un grand nombre partageait
l'opinion de Mgr Frepel, évêque d'Angers et député, déclarant à
la Chambre que la République n'est "pas une simple forme de
gouvernement" mais "une doctrine anti-chrétienne".
Le ralliement fut pourtant confirmé par une Encyclique
du pape Léon XIII, le 20 février 1892.
Le 30 mars 1995, le Pape Jean Paul II, dans l'Encyclique,
Evangelium vitae , révoque ce principe au nom d'un autre
principe qu'il faut bien appeler par son nom : la théocratie.
"La loi de Dieu est au-dessus des lois humaines ",
proclamait récemment un imam musulman intégriste soulevant à
juste titre l'indignation, non point (pour les croyants du moins)
par mépris de la loi de Dieu, mais par la prétention de se mettre
à la place de Dieu pour proclamer en son nom la "loi". Le pape
Jean-Paul II émet la même prétention que son homologue,
l'intégriste musulman, en opposant la législation civile à la loi
de Dieu (III, 74).
L'un et l'autre oublient la sage humilité de la foi que le
théologien protestant Karl Barth résumait en cette simple
formule : " Tout ce que je dis de Dieu, c'est un homme qui le
dit " . Car, ceux-mêmes qui croient que Dieu a parlé en des livres
révélés, ne sauraient oublier que ce sont des hommes qui ont
écouté la parole, l'ont traduite, l'ont interprétée. Bossuet, dans sa
Politique tirée de l'Ecriture Sainte , y trouvait la justification du
pouvoir absolu de Louis XIV, et de son "droit divin", tout
comme le juriste musulman El Mawerdi (972-1058) dans son
traité Du pouvoir ne faisait pas au Calife un devoir de consulter
(shura) son peuple. Jean Paul II s'attribue le même "droit divin"
que les anciens despotes. S'autoproclamant supérieur au Conseil
d'Etat, i l écrit que "les lois qui autorisent l’avortement [...] sont
entièrement dépourvues de valeur légale" (chap. III, 72). A
partir de ce principe, il appelle à y désobéir comme contraires à
la loi de Dieu (III, 74).
Jésus n'a jamais procédé ainsi par voie de
commandements, encore moins assortis de sanctions, alors que
le Pape menace d'excommunication les contrevenants à sa loi,
en invoquant le droit canonique (chap. III, 62). Déjà l'affaire du
voile dit "islamique" créait le précédent d'une discrimination
religieuse et d'une intolérance. Car c'est faire un procès
d'intention de considérer que le voile est une forme de
propagande, alors que le port de la kipa juive, du vêtement de
certaines religieuses ou des croix chrétiennes ne soulevaient
pas, heureusement, ces suspicions.
Quoi qu'en disent les intégristes de tous bords, il est aussi
intolérant de les interdire que de les imposer.
Le précédent de telles discriminations, qu'elles viennent
du gouvernement français ou de l'évêque de Rome, nous ont
engagés dans une escalade de la désintégration civique. Ce sont
maintenant les chefs d'une autre communauté religieuse, juive
cette fois, qui opposent, comme le dit le juriste Aguila au
Conseil d'Etat, "le temps de l'école et le temps de Dieu ",
réclamant en leur faveur une dérogation aux horaires légaux.
Va-t-on, dans cette voie, accepter une "législation à la
carte" où chacun ne retiendrait des lois que ce qu'il croit être
conforme à celle de son Dieu ?
La laïcité ne consiste nullement à exclure la foi de
quiconque, mais au contraire à les respecter toutes à la condition
qu'elles ne prétendent pas substituer leurs lois à celles que la
communauté s'est données.

Rien n'est plus louable que la défense inconditionnelle de
la vie. Mais comment alors justifier la peine de mort (chap. III,
55) en prétendant " qu'il existe une tendance croissante à en
réclamer une application très limitée, voire même une totale
abolition " (III, 56) alors que, par exemple, les Etats-Unis
viennent de l'étendre à 38 de leurs Etats et que 2 000 condamnés
y attendent leur exécution ?
Comment peut-on défendre aussi inconditionnellement la
vie des "enfants non-nés" et ne pas dénoncer avec la même
vigueur le massacre d'enfants "déjà nés", par exemple par le
maintien de l'embargo contre l'Irak qui a déjà tué plus de
140 000 enfants et menace la vie de deux millions et demi de
personnes atteintes de maladies découlant de la malnutrition ?
Comment "reconnaître dans les progrès déjà accomplis
les signes d'une solidarité accrue entre les peuples" (I, 26) alors
que le modèle de croissance gaspilleuse de l'Occident coûte, à
"ceux qui n'ont pas", l'équivalent de morts de un Hiroshima tous
les deux jours, et que les rapports des Nations Unies nous
apprennent que l'écart entre le Nord et le Sud ne cesse de
s'aggraver ?
Le Pape ignorerait-il que 13 millions d'enfants de moins
de 5 ans meurent chaque année de malnutrition ou de faim ?
Que 250 000 enfants sont, pour les mêmes insuffisances
alimentaires, atteints de cécité, 120 000 de déficience mentale,
100 000 paralysés ? Qu'aux Etats-Unis même, un enfant sur 8
ne mange pas à sa faim, et que 60 % des mères n'y bénéficient
ni d'allocations ni de protection de l'emploi en cas de maternité.
Tout cela, il l'apprendrait aisément si la réalité humaine
l'intéressait plus que les dogmes (sur lesquels il entend fonder ce
qu'il croit son "infaillibilité" morale) en lisant simplement les
données de l'UNICEF {Le progrès des nations , 1993) que je
viens de citer.
La vie de l'enfant ne serait-elle sacrée qu'à l'état
embryonnaire ?
Comment peut-on prétendre apporter "l'Evangile de vie",
en ignorant si totalement les réalités concrètes de la vie ?

Cette rupture avec la vie réelle entraîne un double
langage et une contradiction permanente entre les paroles et la
pratique.
Comment peut-on parler de "l'idolâtrie de l'argent " et de
l'écrasement des peuples, dire même qu'on accepte " l'option
préférentielle pour les pauvres " en combattant les théologiens
de la libération qui la mettent en pratique, et en envoyant en
même temps sa "bénédiction spéciale" au général Pinochet (le
30 mars 1993), en étant le seul gouvernement au monde à
reconnaître la junte des tortionnaires qui ont chassé le père
Aristide ? En combattant Mgr Ruiz, évêque au Chiapas, lorsqu'il
défend les indiens et les plus déshérités du Mexique ?
Enfin, quel étrange silence, en cette Encyclique, contre
l'avortement et la contraception, sur le préservatif !
Certes le Pape a le droit, à titre personnel, de revenir sur
les déclarations du Concile de Vatican II : "le mariage n'est pas
institué en vue de la seule procréation" (Gaudum et spes, 50, 3)
mais il est étrange que, se référant à maintes reprises à une "loi
naturelle" (62, 65, 72, etc.) qui en effet s'impose à toutes les
espèces animales, le Pape ne distingue pas, par exemple, entre
une publicité faisant du préservatif un moyen de favoriser des
rencontres de passage et une sexualité sans amour par seule peur
du sida, et d'autres utilisations possibles, non seulement pour se
préserver de la maladie, mais aussi, en des couples stables, pour
maîtriser le rythme des naissances sans exclure pour autant les
valeurs d'expression et de communication de l'amour charnel.
Ici encore, la coupure est totale entre le littéralisme
dogmatique et les risques, comme les joies, de la vie
quotidienne.
Selon une prédiction d'André Malraux (qui me paraît
dans le chaos de cette fin de siècle de plus en plus probable et
exaltante) : "Le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas",. Si
les dirigeants des religions instituées (chrétienne, juive ou
musulmane) s'obstinent dans cet intégrisme si éloigné des
problèmes vitaux de notre temps, le danger est grand qu'elles ne
soient pas à la hauteur des exigences de cette spiritualité
nécessaire pour échapper au suicide planétaire auquel nous
conduit le véritable ennemi commun : le monothéisme du
marché.

Le 12 avril 1995



[Ce texte a été diffusé en brochure de 8 pages présentant deux livres de Garaudy: voir images illustrant cet article] 



Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy